Comment les sites de rencontres ont changé mes rencontres


Pour commencer, cet article est plus de l’ordre de la réflexion et d’un retour sur expérience « personnel ». Je ne veux pas du tout tirer de conclusions globales, évidement chacun/e a sa propre expérience et heureusement parfois elles sont positives.

Depuis l’apparition des sites de rencontres, et d’avantage avec les applications mobiles aujourd’hui, la façon de rencontrer des gens a changé. 

L’objectif n’est pas de rejeter « l’intérêt » de ces sites et applications, je pose juste là quelques questions.

Le catalogue

La première chose est que sur les sites de rencontres le physique passe avant tout. Quoi qu’on en dise, c’est la photo (ou les) de profil qui est à la base des échanges. Même si cela ne détermine pas nécessairement tout, cela joue un rôle important dès le début. Mais comme dans la vie réelle, me direz-vous. Probablement.

Et c’est ici que l’aspect vicieux commence. Face au catalogue proposé par l’application choisie, il est très simple de passer d’un profil à l’autre sans même échanger le moindre mot. Contrairement au réel, il est plus difficile et mal poli d’ignorer totalement quelqu’un.

Il suffit donc de regarder les informations remplies par les utilisateurs pour faire sa sélection sur des critères uniquement physiques. Petit, grand, mince, musclé, rond, blond, brun, … 

Sauf que… Dans la vie si quelqu’un nous plaît, on ne lui demande pas sa taille pour discuter avec.

La compétition, la course au mieux.

Le fait d’avoir « le choix » insiste aussi à vouloir toujours « mieux ». Ne pas se laisser le temps et la chance de voir si ça marche que l’on a déjà la tête ailleurs, à d’autres rencontres. 

Profil renseigné mais rarement lu, on a beau exprimer sa recherche, ses souhaits, ses critères même, tout ceci n’est que trop peu pris en compte. On se retrouve alors à rencontrer des gens que l’on croit compatibles, tant sur le type de relation que sur le plan physique ou sexuel, et on se rend compte que non…

Au delà de l’aspect perte de temps qui en soit n’est pas bien grave, ce qui est le plus dérangeant ce sont les déceptions que cela peut entrainer. Bien qu’il ne faille pas forcément bien longtemps pour se rendre compte que la relation n’est pas viable, la répétition fait que l’on peut commencer à se poser des questions.

Et pourtant.. 

La question que je me pose est la suivante : à quoi bon renseigner son profil, livrer parfois même quelques informations intimes si c’est pour que cela soit totalement ignoré ?
Et vous qu’en pensez-vous ? Comment procédez vous sur les sites de rencontres ? Y croyez-vous pouvoir trouver une vraie relation ?

Peut-on trouver l’amour sur internet ?


Grande question abordée par tous les sites de rencontres… Peut-on faire des rencontres fiables, durables sur les sites de rencontres ?
Internet est magique, mais il faut toujours avoir en tête que sur le net tout va beaucoup plus vite, les informations circulent plus, les avis, les photos, les vidéos, etc. Ça a bien sûr énormément d’avantages mais ils peuvent vite se transformer en inconvénients très pénibles si on y fait pas attention. En fait c’est un peu comme dans la vraie vie mais amplifié de manière considérable !

Savoir ce que l’on cherche

La première chose c’est d’être clair avec soi même. Je pense qu’il vaut mieux ne pas s’attendre à trouver le grand amour sur internet… Pourquoi ? La raison est simple, sur internet comme dans la vie réelle, il y a une multitude de personnes pour lesquelles vous n’aurez aucun intérêt (et je reste poli 😉 ) et donc croire au prince charmant c’est un peu se baffer d’avance. En revoyant vos objectifs de façon plus réaliste, vous serez moins déçus.

Si vous espérez trouver l’amour, dites-vous qu’il sera de toute façon nécessaire de commencer par faire des rencontres. Si vous avez juste envie de rencontrer des partenaires, vous avez tout ce qu’il faut pour ça sur les sites de rencontres, ils sont en grande partie remplis par des personnes cherchant des relations de « courte durée ». Sinon vous pouvez toujours essayer de trouver des amis, ou à défaut, vous pouvez vous en faire suite aux rencontres que vous ferez ! Dans tous les cas, soyez clairs sur vos intentions pour ne pas donner de faux espoirs à d’autres.

Lire la suite

Témoignage de mat. sur son coming out


Mat. nous a envoyé son témoignage. Il nous raconte comment s’est passé son coming out auprès de ses amis.

« Voilà, j’ai 17 ans et j’ai fait mon coming-out il y a quelque mois à mes amis au lycée.
J’ai toujours attendu parce que j’avais peur de leurs réactions. En parlant avec ma meilleure amie, elle m’a forcé à l’avouer et à prendre mon courage à 2 mains, comme on dit.
Je leur ai finalement dit, et ils s’en doutaient tous donc c’est passé très facilement. J’étais plutôt content.
Après, j’en ai pas parlé aux petits copains de mes amies, et je leur ai dit de ne pas le faire (je sais pas pourquoi à vrai dire).

Lire la suite

Et j’ai repris confiance en la paternité…


Comment aborder la paternité en tant que papa gay lorsqu’on a été habitué à vivre dans une société hétéro-normée ?

Cette question m’a souvent traversée l’esprit. Bien que cela me rassurait de me poser la question (ça veut dire que je réfléchis au pourquoi du comment) j’avais malgré tout peur.
Peur des bébés, plus exactement de comment faire avec un bébé. N’ayant pas eu de bébés dans ma famille ou mon entourage proche je n’ai jamais eu vraiment l’occasion de « m’habituer aux bébés ». Comme souvent l’inconnu fait peur.

paternité gay papa homo

Lire la suite

Être gay au lycée…


Mon histoire est particulière. J’ai évolué dans un lycée (privé) à 99% masculin (2 filles par classes maximum pour les sections générales). À cette époque, je n’étais pas encore « outé », et ce n’était même pas pour moi une question qui se posait (j’ai fait mon premier coming-out 2 ans après le lycée).

 

Dans ce lycée les réflexions machistes et finalement homophobes étaient monnaie courante. Bien que pas forcément dites dans un but discriminant, plutôt sur la plaisanterie, les mots étaient là. Si j’avais dévoilé mon homosexualité (si je l’avais acceptée en fait) à ce moment là, je pense que cela aurait été plus difficile.

Et pourtant j’aurais pu percevoir les signes. Quand on fait des avances pour tester des préservatifs aromatisés à un camarade de classe, que l’on se caresse mutuellement la cuisse pendant les cours il y a de quoi se poser des questions… Je voyais tout cela comme un simple jeu, et pourtant je savais que ça ne m’aurait pas déplu d’aller un peu plus loin.

 

L’adolescence, quelle période ingrate ! C’est le moment où chacun se cherche et tente de trouver ses limites, parfois en écrasant les autres. Étant en plus assez timide, je me suis contenté de rester dans mon propre cercle et de parfois faire semblant de rire aux « blagues » des fortes personnalités.

C’est sûrement l’une des périodes où il est le plus difficile de dévoiler sa sexualité « différente ». Le regard des autres a un tel poids qu’il peut détruire facilement des personnes parfois déjà fragiles. Je pense qu’il est sage de choisir quand et à qui partager cela.

La situation était loin d’être la pire pour moi, et j’en suis bien conscient. J’ai eu beaucoup de chance jusque là, en espérant que ça dure.

 

Et vous, comment se sont passées vos années lycée ? 

Vous pouvez m’envoyer votre témoignage par mail, ou participer directement au blog pour partager avec les autres lecteurs vos expériences, sentiments, conseils… 

Appel à témoins : Zone Interdite


Aujourd’hui dans ma boîte mail, j’ai reçu une demande pour témoigner pour Zone Interdite. L’émission consacre un sujet au poids du secret.

 

Dans le cadre d’un reportage d’investigation nous sommes à la recherche de témoignages de personnes n’ayant pas encore révélé leur homosexualité a leurs proches, donc n’ayant pas encore fait leur coming out. Il s’agit de parler du poids du secret: pourquoi, comment vivre avec ce secret, comment approcher la révélation? etc..

 

N’hésitez pas à contacter Lauriane pour lui proposer votre témoignage : lauriane.jimprod@gmail.com ou au 01 77 92 21 44.

 

Zone Interdite

L’homosexualité est-elle un choix ?


Question sensible… C’est en lisant cette page que j’ai décidé d’écrire. Je m’étais déjà posé la question de l’origine de la sexualité. Sans pour autant avoir vraiment étudié la question de manière scientifique je vous présente mon point de vue.

Je pense que la sexualité se détermine par un tout et ne crois pas qu’il y ait une recette unique.

Lire la suite

Ma vraie première fois, avec un ami


Je ne vous donnerai pas de conseil sur le choix du partenaire pour votre première fois. Toujours est-il que la mienne s’est faite avec un de mes amis. Je dis « vraie » première fois, car il y a eu des « essais » avant, mais cela n’avait jamais été jusqu’au bout.

Je vais donc vous raconter cette histoire en essayant de faire appel à mes souvenirs sans trop les modifier ;).

Nous étions couchés, et après une nuit tout à fait platonique nous nous sommes réveillés. D’un esprit plutôt joueur, nous avons commencé à nous chatouiller. Le contact était donc assez restreint, de plus assez peu vêtus. Etrangement, j’ai une sorte d’ellipse temporelle qui occulte de ma mémoire la transition entre ce qui précède et ce qui suit. Je me souviens que nous étions encore couchés, moi sur le dos, lui sur le côté, une main dans la sienne, l’autre dans ses cheveux. A ce moment là je savais ce qu’il se passerait. Je ne savais pas si c’était une bonne idée, mais à vrai dire, j’avais envie que ça se passe, je l’avais espéré longtemps en étant persuadé que ça n’arriverait jamais, alors je comptais bien en profiter. Lire la suite

Mon coming-out #2 [Part 2]


Pour vous rappeler de la première partie de mon coming-out, cliquez sur le lien.

Très vite après mon arrivée en Autriche, je me suis lié d’amitié avec une étudiante allemande elle aussi en Erasmus. C’est devenu depuis une amie très proche, une sorte d’âme soeur. Je lui ai fait mon coming out (en fait elle m’a demandé si j’étais attiré par les hommes après m’avoir vu parler avec un garçon, que je trouvais mignon). Elle m’a énormément aidé à comprendre et accepter que je suis homo, et pas bi. Elle m’a fait me rendre compte que la communauté gay c’est pas seulement ce que l’on voit à la gay-pride, et qu’il n’y a pas besoin de s’y identifier pour assumer son homosexualité, que l’on se crée sa propre homosexualité, sa propre façon de vivre sa sexualité. Lire la suite

Mon coming-out #2 [Part 1]


Aujourd’hui c’est à mon tour de vous raconter mon coming-out.

En premier lieu il est important pour ceux d’entre vous qui se posent des questions sur leur sexualité qu’avant de faire son coming-out à l’extérieur il faut le faire à l’intérieur, c’est-à-dire s’accepter soi-même. Dans mon cas c’est sans aucun doute ce qui a été le plus long et fastidieux. Les difficultés à s’accepter peuvent venir de plusieurs facteurs : votre environnement, la représentation de l’homosexualité que vous avez intégrée (les clichés en sont des exemples évidents), votre âge, votre origine culturelle, votre religion ou absence de religion, vos parents, votre personnalité et psychologie personnelle, etc. Lire la suite