Non le pape n’a pas dit que les homos devaient aller en psy


Puisqu’après tout les titres des articles sont si « putaclic », je prends volontairement le message contraire. Mais il s’agit de nuancer et contextualiser…

Tout d’abord, la plupart des titres de « presse » sortent une phrase d’un discours.

C’est une chose quand cela se manifeste dès l’enfance, il y a beaucoup de choses à faire par le biais de la psychiatrie, pour voir comment sont les choses.

Oui, cette phrase seule fait froid dans le dos et me donne aussi envie de m’énerver. Et pourtant..

Et si on remettait tout ça dans le contexte avant de s’emballer ?

Tout le discours parle de tolérance, d’acceptation, de dialogue et d’écoute. Le pape François, ouvre même le dialogue et demande de ne pas rejeter son enfant homosexuel(le), il parle d’accompagnement.

« ignorer son fils ou sa fille qui a des tendances homosexuelles est un défaut de paternité ou de maternité. Tu es mon fils. Tu es ma fille. Comme tu es. Je suis ton père ou ta mère : parlons ! Et si vous, père et mère, vous ne comprenez pas, demandez de l’aide. Mais toujours dans le dialogue. Parce que ce fils ou cette fille a droit à une famille. Et sa famille qui est-elle ? Ne le chassez pas de la famille. C’est un défi sérieux fait à la paternité et à la maternité.»

Voici l’extrait concerné par la phrase « polémique »

«Je leur dirais premièrement de prier, ne pas condamner, dialoguer, comprendre, donner une place pour qu’il s’exprime. Et puis, à quel âge se manifeste cette inquiétude de son enfant? C’est important. C’est une chose quand cela se manifeste dès l’enfance, il y a beaucoup de choses à faire par la psychiatrie, pour voir comment sont les choses. C’est autre chose quand cela se manifeste après vingt ans. Je ne dirais jamais que le silence est un remède. Ignorer son fils ou sa fille qui a des tendances homosexuelles est un défaut de paternité ou de maternité. Tu es mon fils, tu es ma fille tel que tu es.»

Il explique aussi dans son discours que si les parents n’arrivent pas à aider et comprendre leur enfants, ils peuvent demander de l’aide.

Alors, peut-être est-ce maladroit. Possible. Mais avec le contexte je suis tenté de dire qu’il parlait plus d’un accompagnement des enfants par des professionnels, si les parents ne savent pas gérer. Finalement n’est-ce pas une bonne idée ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s